Chapitre 11
LE DIAGNOSTIC FINANCIER : L'analyse des marges : risques

TOUTES LES PARTIES

Le point mort est le niveau d’activité, mesuré par la production, le chiffre d’affaires ou la quantité de biens vendus, pour lequel l’ensemble des produits couvre l’ensemble des coûts. À ce niveau d’activité, le résultat est donc nul.

Le niveau du point mort n’est pas absolu : il dépend de la période considérée. En effet, la distinction entre coûts fixes et coûts variables ne se justifie qu’au travers d’un jeu d’hypothèses déterminées : tôt ou tard, un coût fixe peut devenir variable.

On distingue :

▪ le point mort d’exploitation : fonction des frais fixes et des frais variables de production. Il caractérise la stabilité de l’activité industrielle mais peut faire oublier les coûts de financement qu’il laisse de côté ;

▪ le point mort financier : il intègre les frais financiers supportés par l’entreprise mais ne tient pas compte du coût des capitaux propres ;

▪ le point mort total : il intègre à la fois les frais financiers nets et le niveau de résultat net exigé par les actionnaires. Il tient ainsi compte des exigences de rentabilité de l’ensemble des pourvoyeurs de fonds de l’entreprise.

Le point mort d’exploitation est calculé en rapportant les coûts fixes de l’entreprise au taux de marge sur coûts variables ((CA – Coûts variables)/CA). Le point mort financier s’obtient en ajoutant les frais financiers aux coûts fixes dans la formule précédente.

Le calcul d’un point mort et son étude statique permettent d’évaluer la stabilité des profits, la capacité bénéficiaire « normale » de l’entreprise et l’importance réelle des écarts entre les résultats réalisés et les prévisions. Le bénéfice est d’autant plus stable et son évolution d’autant plus significative que l’entreprise est éloignée de son point mort.

L’analyse de l’évolution du point mort au cours du temps révèle la stratégie industrielle de l’entreprise. La recherche d’économies d’échelle se traduira par une hausse du point mort et donc par une plus grande sensibilité de l’entreprise aux évolutions de la conjoncture économique. La recherche de flexibilité et de souplesse industrielle se traduira par une baisse du point mort, mais peut-être aussi par une moindre rentabilité potentielle.

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo