Chapitre 51
LA GESTION FINANCIÈRE : La gestion de besoin en fonds de roulement

Le besoin en fonds de roulement est un investissement comme un autre et de ce fait il doit être géré. Gérer ne veut pas dire réduire à tout prix. Le BFR résulte d’un arbitrage entre liquidité et marge.

Au-delà des gaspillages assez simples à éliminer mais qui nécessitent de la détermination et de la continuité dans l’effort, la réduction du BFR ne peut se faire qu’au détriment du résultat d’exploitation ou au prix d’investissements pour modifier le modèle économique de l’entreprise.

En période de crise, l’entreprise met l’accent sur la réduction du BFR afin de générer des liquidités utiles pour se désendetter ou s’autofinancer, l’impact sur la marge est négligé. En période de bonne conjoncture économique, l’entreprise pense plus à la croissance des ventes et des marges qu’au BFR.

Le financier d’entreprise ne peut pas mettre en place des mesures de gestion du besoin en fonds de roulement sans une collaboration étroite avec les opérationnels en charge des achats, de la gestion des stocks, de la logistique, de la production, des ventes, des ressources humaines sur lesquels il n’a pas d’autorité hiérarchique. D’autant que souvent, au-delà de la lutte contre les gaspillages, la gestion du BFR débouche assez vite sur des décisions stratégiques impliquant la politique commerciale, de production et de logistique de l’entreprise.

Ses talents de pédagogue et de négociateur, cette fois-ci en interne, trouvent ici un nouveau terrain d’action.

Facebook Google + Twitter LinkedIn