Chapitre 33
LA VALEUR : Le coût du capital

TOUTES LES PARTIES
  • LE DIAGNOSTIC FINANCIER
  • LES INVESTISSEURS ET LA LOGIQUE DES MARCHÉS FINANCIERS
  • LA VALEUR
  • LA POLITIQUE FINANCIÈRE
  • LA GESTION FINANCIÈRE
  • BONUS

Le coût du capital ou coût moyen pondéré des capitaux, est une notion fondamentale en finance puisqu’il sert à la fois pour la sélection des investissements et l’évaluation de l’entreprise.

Le coût du capital ne dépend que du risque de l’actif économique et il préexiste à la structure financière. En effet, c’est en fonction du risque de cet actif économique et de la structure financière que les créanciers et les actionnaires vont déterminer le taux de rentabilité qu’ils exigent sur les dettes et les capitaux propres de l’entreprise.

Ce n’est que pour des raisons de commodités de calcul que le coût du capital est souvent calculé comme la moyenne pondérée du coût des capitaux propres et du coût de l’endettement net.

Le coût du capital peut en effet se calculer :

▪ soit par une méthode directe à partir du β de l’actif économique ;

▪ soit par une méthode indirecte où il est égal à la moyenne pondérée du coût des capitaux propres et du coût de l’endettement net ;

▪ soit à travers l’observation, quand elle est disponible, de la valeur de l’actif économique.

Le coût du capital est une notion globale. Il ne peut être utilisé en matière de choix d’investissement que pour des projets présentant le même risque que celui de l’actif économique de l’entreprise. À défaut, un coût du capital spécifique au projet doit être calculé en évitant l’erreur de l’assimiler au coût de la source de financement qui le finance.

Pour l’entreprise diversifiée, il existe autant de coûts du capital que de secteurs dans lesquels elle est présente. De la même façon, chaque pays ou chaque zone économique a son coût du capital qui dépend du risque politique et macroéconomique.

Pour les pays émergents, la méthodologie doit être adaptée compte tenu de l’absence de certaines données (taux d’intérêt sans risque) qui nécessitent de recourir à des paramètres mondiaux (le β sectoriel).

Enfin, l’endettement net structurellement négatif d’une entreprise abaisse son coût des capitaux propres mais n’affecte pas son coût du capital qui est le même que si la société n’avait pas de trésorerie.

Les dirigeants n’ont quasiment aucun levier pour créer de la valeur en réduisant le coût du capital car ils réduisent parallèlement la rentabilité espérée ; leur seule action est d’améliorer la qualité de l’information donnée au marché.

Facebook Google + Twitter LinkedIn Viadeo